La Voie maritime

Une voie navigable vitale

Les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent étaient de grandes artères du commerce nord-américain depuis bien avant que les États-Unis ou le Canada ne deviennent des nations. Aujourd’hui, leur réseau intégré de navigation dessert mineurs, agriculteurs, ouvriers en usine et entreprises commerciales partout entre les Prairies et le littoral de l’est.

Presque tous les produits imaginables sont transportés sur le réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent. Le commerce annuel sur le réseau dépasse les 200 millions de tonnes courtes (180 millions de tonnes métriques), et il reste amplement de capacité pour en transporter davantage. Les produits dominants sont les suivants :

  • minerai de fer pour l’industrie sidérurgique;
  • charbon pour la production d’électricité et d’acier;
  • pierre à chaux pour la construction et l’industrie sidérurgique;
  • céréales pour les marchés outre-mer;
  • marchandises diverses, comme produits de fer et d’acier ainsi qu’équipement lourd;
  • ciment, sel et granulat de pierre pour l’agriculture et l’industrie.

===============================================================
Vous envisagez d'expédier des marchandises en utilisant notre réseau? Consultez www.auth2o.com pour de plus amples renseignements.
===============================================================

Les principaux navires se répartissent en trois grands groupes : les vraquiers demeurant dans les Grands Lacs, ou « laquiers »; les navires océaniques; et les ensembles remorqueur-chaland. Les laquiers américains et canadiens transportent des marchandises entre les ports des Grands Lacs; les deux nations réservent le commerce intérieur aux navires battant leur propre pavillon. Des navires océaniques battant le pavillon d’autres pays relient les Grands Lacs à toutes les régions du monde.

Pour saisir l’importance de ce commerce, voici quelques remarques sur certaines cargaisons typiques :

  • un laquier de 1 000 pi de long transporte suffisamment de minerai de fer pour alimenter une immense usine sidérurgique plus de quatre jours;
  • un tel « super laquier » transporte suffisamment de charbon pour fournir toute l’électricité nécessaire au grand Detroit pendant une journée;
  • un navire aux dimensions de la Voie maritime transporte suffisamment de blé pour fournir en pain tous les résidents de la ville de New York pendant près d’un mois.

Pour chaque tonne de marchandises, il y a de nombreuses personnes - souvent des milliers - qui interviennent dans les coulisses. À bord des navires, il y a les marins; à terre, il y a les éclusiers et les débardeurs, les agents des navires, les transitaires, les fournisseurs des navires, les ouvriers des chantiers maritimes, les manutentionnaires, les exploitants de terminaux, le personnel de la Garde côtière, les responsables des ports, les cheminots et les camionneurs - un vaste réseau de fournisseurs de services.

Ouverte à la navigation en 1959, la partie Voie maritime du réseau a servi au transport de plus de 2,5 milliards de tonnes métriques de marchandises en 50 ans, soit une valeur estimée de plus de 375 milliards $. Presque 25 p. 100 de ces marchandises sont déplacées à destination ou en provenance de ports outre-mer, surtout en Europe, en Amérique du Sud, au Moyen-Orient et en Afrique.

Depuis les ports du réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent, un réseau de transport intermodal essaime dans tout le continent. Plus de 40 routes provinciales et inter-États, et plus de 30 lignes ferroviaires relient les 15 grands ports et 50 ports régionaux du réseau aux consommateurs, produits et industries de toute l’Amérique du Nord.