La Voie maritime

Les retombées économiques du réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent

Le transport de marchandises par le réseau Grands Lacs-Voie maritime engendre 34,6 milliards de dollars d’activité économique et 227 000 emplois au Canada et aux États-Unis.

Dès l’arrivée des Européens, les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent ont été utilisés comme axe de transport. Les villes des Grands Lacs ont d’abord été des postes de traite le long d’un vaste corridor maritime qui facilitait le commerce bien avant les chemins de fer et les routes. Cette relation avec l’eau a permis à la région de s’épanouir et aujourd’hui, la région des Grands Lacs et du Saint-Laurent est le cœur industriel et agricole des États-Unis et du Canada.

Au cours des deux derniers siècles, des améliorations ont été apportées à la voie navigable aux États-Unis et au Canada. Le canal Welland a relié le lac Ontario et le lac Érié, permettant aux navires de contourner les chutes Niagara. Les écluses de Sault Ste. Marie ont rendu la rivière St. Mary’s navigable entre le lac Supérieur et le lac Huron. La Voie maritime du Saint- Laurent est venue à bout des difficultés du fleuve Saint-Laurent de sorte que les navires puissent se rendre du lac Ontario à l’océan Atlantique.

Le réseau de navigation en eau profonde ainsi constitué est le plus long au monde, s’étendant sur 3700 kilomètres (2300 milles) jusqu’au centre de l’Amérique du Nord. Il s’agence avec les réseaux ferroviaire et routier de la région pour offrir aux clients un moyen économique, sûr et écologique de transporter matières premières, produits agricoles et biens manufacturés. Chaque année plus de 160 millions de tonnes sont transportées sur le réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent : minerai de fer pour la sidérurgie, charbon pour les centrales électriques, pierre à chaux et ciment pour la construction et céréales pour le marché intérieur et pour l’exportation.

Trois groupes distincts d’exploitants de navires desservent la voie navigable : les transporteurs intérieurs américains, les transporteurs intérieurs canadiens et les exploitants de navires océaniques. Les transporteurs intérieurs acheminent des marchandises entre les ports du réseau au moyen de laquiers. Les navires océaniques relient les ports du réseau entre eux et avec des destinations outre-mer. Ces transporteurs desservent plus de 110 ports répartis dans les huit États américains bordant les Grands Lacs, l’Ontario et le Québec.

En plus des écluses, des navires et des ports, un large éventail de fournisseurs de services maritimes s’emploient à assurer le transport sûr et efficace des marchandises. En font partie manutentionnaires, expéditeurs, débardeurs, conducteurs de grue, agents maritimes, entreprises de dragage, pilotes maritimes, conducteurs de camion, exploitants de remorqueurs et ouvriers des chantiers maritimes.

SOMMAIRE

TEXTE INTÉGRAL

www.marinedelivers.com



Le contenu provenant d'un organisme qui n'est pas assujetti à la Loi sur les langues officielles est fourni au public dans la langue d'origine.

 

SOMMAIRE